3 raisons de pratiquer la Communication Non Violente à l’école

3 raisons de pratiquer la Communication Non Violente à l’école

communication non violente à l'école

Enseignant, avec une moyenne de 30 élèves par classe, les conflits sont votre lot quotidien. Vous avez à cœur de transmettre un savoir essentiel à vos petits protégés. Cependant, les désaccords récurrents, parfois même les provocations, viennent saccager votre mission. C’est là que la Communication Non Violente entre en jeu !

Résoudre les conflits sans punir grâce à la Communication Non Violente

Vous avez peut-être pris l’habitude de résoudre les conflits en utilisant les punitions. Cela calme le jeu sur le moment, mais attise la rancœur de l’élève sanctionné. Au mieux, les enfants vous craignent, au pire vous finissez par passer pour le prof « peau-de-vache » de l’école !
On entre alors dans le schéma où les élèves n’ont plus confiance en vous et en vos capacités d’enseigner. Ils continuent a créer des conflits et vous continuez à punir, c’est le serpent qui se mort la queue.

La communication non violente, une aide précieuse pour exprimer ses sentiments

Résoudre les conflits grâce à la Communication Non Violente va permettre à tout le monde d’exprimer ses propres sentiments et besoins, et d’écouter l’autre. S’il y a désaccord entre un élève et vous-même, vous trouverez une solution ensemble, et qui vous convient à tous les 2. Si la dispute ou l’affrontement se joue entre deux écoliers, vous pourrait faire office de médiateur et les aider à trouver une solution par eux-mêmes. Vous deviendrez le professeur à l’écoute et prévenant dont tous les élèves rêvent. Vous gagnerez le respect de vos élèves grâce votre empathie.

Connaître les besoins fondamentaux

Pour faire usage de la Communication Non Violente dans le système scolaire, il conviendra avant tout d’apprendre aux élèves quels besoins essentiels ils peuvent éprouver. Adopter cette liste de sentiments et de besoins jour après jour leur permettra de les ancrer en eux. Ils sauront s’en servir entre eux à l’école, mais aussi à la maison et dans la rue. Et plus tard , dans leur vie d’adulte !